Imprimer

Nos finances

Année 2014

Notre syndicat est pratiquement uniquement financé par ses adhérents. Nous sommes implantés sur 10 établissements de Thales et sur ces établissements nous avons eu en 2014, 177 cotisations. Des salariés nous ont contacté pour construire SUPPer sur d'autres établissements.

En dehors de ces cotisations nous recevons une dotation de l'entreprise pour les frais relatifs à la campagne des administrateurs salariés ( tous les 5 ans à condition d'obtenir un certain pourcentage des suffrages ).

Pour les éléctions administrateurs salariés de 2010 nous avons reçu 38 420€ pour TSA, TOSA et TR6. Alors imaginez ce que recoivent les 5 OS confédérées nationales qui sont pratiquement présentes sur tous les établissements!

Nous n'avons pas, comme les 5 organisations syndicales nationales, de dotations spécifiques ni d'allocations de permanent.

Notre trésorerie à fin 2014 est d'environ 24 000€.

Le bilan de l'année 2014 a été validé lors de notre congrès de juin 2015

Après les années 2008, 2009 et 2010 excédentaires, les années suivantes sont déficitaires. Le résultat pour 2014 est de ~-12 456 €

Cliquez sur "Bilan année 2014" pour avoir connaissance de l'actif du passif et du compte de résultat.

Pour les charges les gros postes sont :

- honoraires ( relatif aux frais d'avocat pour la défense du syndicat et de salariés )

- prestations sur activités ( majoritairement les frais pour les élections des établissements )

Composition du bureau national

Lors de notre congrès d'octobre 2017 le bureau national a été renouvelé.

 

Président Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Vice-Président Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Trésorier Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Trésorière adjointe Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Statuts

(Adoptés en 1993, modifié aux congrés extraordinaires de 1998, 2005, 2008, 2013, 2015 et 2017)

Cliquez ici pour prendre connaissance de la dernière version : "version d'octobre 2017 signée"

ARTICLE 1 :

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts un syndicat intitulé Syndicat Unitaire et Pluraliste du Personnel (S.U.P.Per). Le champ Professionnel est le Groupe THALES et ses filiales étendu à la communité de travail ( prestataires et sous-traitants ).

ARTICLE 2 :

SUPPer a pour but la défense des intérêts et des droits des salariés.

ARTICLE 3 :

Pour ce faire, il vise à être présent dans les diverses instances des établissements, de l’entreprise ou de la Société. Il appuie les revendications individuelles et collectives, il se donne tous les moyens pour les faire aboutir.

Il défend la pérennité et le développement de l’emploi dans l’entreprise.

ARTICLE 4 :

Siège social

L'adresse du siège social de SUPPer est indiquée dans le règlement intérieur

ARTICLE 5 :

SUPPer se compose d’adhérents. Le fait de partager les valeurs défendues par lui permet à toute personne à jour de ses cotisations de s’en déclarer membre.

Les conditions d’adhésion et le montant des cotisations sont fixées en Congrès Syndical et sont mentionnés dans le règlement intérieur.

La qualité d’adhérent se perd par :

-La démission du syndicat,

-Le décès,

-Le non-paiement de la cotisation

-La radiation prononcée par le Congrès Syndical pour motif grave, l’intéressé ayant dans ce cas été invité à se présenter devant le conseil syndical pour fournir des explications.

ARTICLE 6:

Toute personne, quelle que soient ses conceptions politiques, philosophiques ou religieuses, quelle que soient son sexe, son origine ou sa nationalité, peut adhérer à SUPPer.

ARTICLE 7:

SUPPer défend le principe d’égalité des droits pour toute personne, quelle que soient son sexe, son origine ou sa nationalité.

ARTICLE 8:

SUPPer adopte un fonctionnement pluraliste. Dans le cas où des positions différentes se font jour lors des débats, SUPPer garantit la possibilité d’expression interne et externe, c’est à dire publique de celles-ci. En effet, tout débat qui concerne les salariés ne peut être limité aux seuls adhérents de notre syndicat.

ARTICLE 9:

SUPPer et ses représentants affirme sa volonté d’indépendance vis-à-vis de la direction et de ses représentants, de tout parti politique et de l’Etat.

ARTICLE 10:

Tout adhérent de SUPPer peut adhérer par ailleurs à une organisation syndicale confédérée ou non. C’est le principe de la double appartenance, qui suppose que soient remplies deux conditions:

-l’adhérent verse une cotisation à SUPPer,

-l’adhérent respecte les principes contenus dans les présents statuts.

La notion de double appartenance permet aussi à un Syndicat déjà constitué de décider d’adhérer à SUPPer. Cela suppose que soient remplies deux conditions :

-le syndicat verse une cotisation à SUPPer, proportionnelle au nombre de ses syndiqués,

-le syndicat respecte les principes contenus dans les présents statuts.

Le Syndicat est reconnu dans l’établissement comme section syndicale SUPPer.

ARTICLE 11 :

SUPPer entend œuvrer à l’unité des organisations syndicales. Il souhaite travailler concrètement au rapprochement de tous. Il désire avoir des liens avec les organisations syndicales confédérées ou non. Il a vocation à rassembler le mouvement syndical non confédéré dans le respect de l’autonomie de chacun.

SUPPer est adhérent à l’Union Syndicale Solidaires en tant que syndicat national. Il se constitue en un inter-centre (coordination des sections SUPPer) au sein du groupe Thales. Il ne peut être imposé à une section d’établissement ou à tout adhérent de SUPPer de partager ou de représenter les valeurs de SOLIDAIRES.

ARTICLE 12 :

Les ressources de SUPPer comprennent :

- Les cotisations,

- Tout autre financement tel que don, vente de matériel,…

ARTICLE 13 :

SUPPer s’engage à publier régulièrement le nombre de ses adhérents ainsi que l’état de ses ressources et leur origine.

ARTICLE 14 :

Bureau de Coordination et Conseil Syndical de Coordination

Le Bureau de Coordination est élu pour deux années au plus par le Congrès Syndical des Sections. Les membres sont rééligibles. Le Bureau de Coordination est constitué d’au moins :

- un(e) président(e),

- un(e) vice président(e),

- des secrétaires nationaux

- un(e) trésorier(e),

- un(e) trésorier(e) adjoint(e)

Il est constitué de représentants mandatés par les différentes sections syndicales.

Le Conseil Syndical de Coordination permet l’échange des expériences et des points de vue. Il travaille, chaque fois que cela est nécessaire, à harmoniser les positions.

Il se réunit au moins deux fois par an.

Le principe de pluralisme, défini dans l’Article 8 des présents statuts, s’applique aussi pour les deux instances décrites ci-dessus.

ARTICLE 15 :

Section Syndicale d’Etablissement

Un Conseil Syndical local anime la Section Syndicale d’Etablissement. Ce Conseil Syndical local est mis en place lors du Congrès Syndical Ordinaire. Le Conseil Syndical local désigne en son sein un bureau de section constitué d’au moins :

- un secrétaire,

- un trésorier ou un collecteur

Les adhérents de SUPPer d’une même Section Syndicale d’Etablissement se réunissent tous les mois ou sur un calendrier qu’ils définissent eux-mêmes.

Ces réunions, préparées et convoquées par le Conseil Syndical local, ont pour but d’instruire, de constituer et d’analyser tout dossier qui sera défendu par les représentants du syndicat dans toutes les instances, de faire le point sur la situation de l’établissement, de l’entreprise…

Dans une même société multi-établissements, un Conseil Syndical d’Entreprise coordonne l’activité syndicale des sections d’établissement afin de préparer, notamment, les rencontres et réunions avec la direction de la société et les prises de positions et décisions centrales.

ARTICLE 16 :

Congrès Syndical des Sections.

Le Congrès des Sections Syndicales réunit les représentants de tous les adhérents des différentes sections syndicales de SUPPer. Il se tient au moins tous les deux ans.

Avant le Congrès Syndical des Sections, un ordre du jour est préparé par le Conseil Syndical de Coordination qui tiendra compte des vœux émis par les conseils syndicaux de sections locales.

Dans cet Ordre du jour, deux points sont obligatoires :

- Approbation des rapports d’activité et financier

- Election des membres du bureau de coordination.

ARTICLE 17 :

Représentation en justice

SUPPer est représenté en justice par un membre de son Bureau de Coordination ou par tout autre membre mandaté à cet effet par le Président ou, à défaut, par tout autre membre du Bureau Syndical de Coordination.

ARTICLE 18 :

Modification des Statuts

Les présents statuts ne peuvent être modifiés qu’en Congrès Syndical des Sections à la majorité des délégués présents, représentants au moins la moitié des membres du syndicat.

Dans le cas où le quorum ne serait pas atteint, un nouveau Congrès Syndical des Sections serait convoqué dans les 15 jours suivant. La modification peut intervenir alors à la seule majorité des membres présents.

ARTICLE 19 :

Un règlement intérieur est établi par le Bureau de Coordination et approuvé par le Conseil Syndical de Coordination et est approuvé par le Congrès Syndical des Sections. Ce règlement est destiné à fixer les différents points non prévus par les présents statuts. Toute modification ultérieure est soumise à la même procédure.

ARTICLE 20 :

Dissolution

La dissolution ne peut être prononcée que par le Congrès à une majorité des deux tiers des délégués présents, représentant au moins un dixième des membres du syndicat. Un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celui-ci.

REGLEMENT INTERIEUR

  • Le règlement intérieur a été adopté lors du congrès d'octobre 2017.
  • Vous trouverez ici la "version signée".

Histoire

Création du SYNDICAT SUPPer (Syndicat Unitaire et Pluraliste du Personnel de THALES)

1)° Genése

En janvier 1993, le syndicat est créé suite à une scission de la CFDT. Il devient majoritaire. Suite au déménagement de Malakoff à Elancourt et la fusion avec Dassault Electronique, SUPPer est toujours majoritaire dans toutes les catégories : ouvrier, technicien, administratif et ingénieurs/cadres. Il assure la gestion du CE de 1994 à 2018.

Le champ syndical est le Groupe THALES et la communauté de travail de chaque établissement.

En 1998, SUPPer participe à la création de Solidaires. Il en est devenu une fédération autonome en limitant son intervention et expression syndical au périmètre de THALES.

L’audio, ci-dessus, avec l’interview des fondateurs syndicaux retracent les premiers pas de SUPPere et la raison de sa création.

 Video 01  video 02  video 03  video 04

 

  

Les militants et adhérents de SUPPer viennent en partie de la CFDT, de FO, de la CGT et de la CGC.

Mais 95% de ces adhérents n’ont pas connu auparavant de passé syndical.

En fonction de crises des équipes syndicales, de volontés de créer de nouvelles structures de salariés jusqu’ici non syndiqués, SUPPer s’est développé dans un certain nombre d‘établissements du Groupe THALES.

2°) L’obstacle au développement

2.1 La représentativité syndicale et sa législation jusqu’en 2008

La représentativité des syndicats est ensuite définie par la loi en 1950. Elle est alors déterminée d'après les critères suivants :

  • les effectifs ;
  • l'indépendance ;
  • les cotisations ;
  • l'expérience et l'ancienneté du syndicat ;
  • l’attitude patriotique pendant l'Occupation critère tombé en désuétude)

Ces critères seront inscrits dans le code du travail jusqu'en 2008.

Les syndicats CGT, CFDT, CGC, FO, CFTC ont jusqu’en 2008 une représentativité dite irréfragable ( qu’on ne peut contredire, qu’on ne peut récuser)

Avant 2008, tous les autres syndicats non confédérés, dont SUPPer peuvent se voir refuser la représentativité devant les tribunaux (tribunaux d‘instance) saisis par les directions d’entreprise ou syndicats confédérés en place.

SUPPer a gagné la majeur de ces procès en imposant sa représentativité par jugement des Tribunaux d’Instance :

  • à Massy Microélectrique (site disparu de suite)
  • à Pessac (regroupé à Mérignac)
  • à Vélizy (transféré à Meudon puis Mérignac depuis)
  • à Guyancourt (ex TOSA) devenu LAS Elancourt
  • à Bagneux devenu LAS Rungis
  • à Fleury,
  • à Moirans
  • à Limours
  • sur l’ensemble de ce qui constitue TR6 (LAS aujourdhui)
  • A partir de la loi du 20 aout 2008

Les critères de représentativité pour créer une section syndicale (au moins 2 adhérents) changent :

  • Respect des valeurs républicaines
  • Indépendance
  • Transparence financière
  • Ancienneté depuis au moins 2 ans
  • Une audience suffisante (plus de 10% des suffrages exprimés sur les collèges Titulaires de CE au premier tour)
  • Des effectifs d’adhérents et cotisation suffisantes

La représentativité s’apprécie, pour l’essentiel, par l’audience au niveau des élections professionnelles que ce soit au niveau de l’établissement que de l’entreprise.

  • Etat de la représentativité au niveau de THALES

Au niveau Groupe THALES, SUPPer atteint 5%.  

Le Groupe comprend 38000 salariés et SUPPer ne se présente aux élections que pour un périmètre de 15000 salariés.

5%, c’est en deçà du seuil des 10% permettant de participer aux réunions groupe de négociation.

C’est la création de nouvelles sections qui sera le gage  d’un développement de SUPPer.

Vous trouverez dans la liste des sections ci-dessous, les établissement où SUPPer intervient.

Pour l’essentiel, SUPPer est représentatif sur toute la Division DMS, la Division LAS. Des sections syndicales existent dans la Division AVS à Valence, à Toulouse.

SUPPer est présent au Comité Groupe France. En effet, la législation impose que toutes les organisations syndicales ayant eu au moins un élu dans les entreprises de THALES.

Nos valeurs

Chaque syndicat a des traditions, des valeurs. Voici celles de SUPPer.

SUPPer est un syndicat autonome, créé en janvier 1993. SUPPer existe aujourd’hui parce que de simples salariés ont décidé un jour de ne pas se contenter de critiquer le fonctionnement des autres mais de vouloir construire un autre type de syndicalisme. 6 valeurs essentielles nous déterminent :

L’Indépendance

Vis à vis des directions d’entreprise, car les intérêts des salariés et des directions d’entreprise sont distincts,
Vis à vis des partis politiques car le syndicat se doit de représenter toute personne quelle que soit son opinion,
Vis à vis des Etats Majors car le syndicat doit être l’expression de la base,
Vis à vis des gouvernements car quelle que soit la couleur du gouvernement, le syndicat se doit de défendre toujours et encore les revendications des salariés,
Financière pour résister à toute pression, toute subordination, cet argent ne provient, principalement, que de la cotisation des adhérents.

La Solidarité

La défense individuelle et collective doit se faire sans conditions, quelle que soit la catégorie et jusqu’à l’aboutissement, c’est à dire la satisfaction pour le salarié de voir sa situation améliorée, son statut défendu,
La défense des droits sociaux primordiaux : droits à l’emploi, à la retraite, aux logements, à la santé, à la formation.

La Transparence

La transmission rapide et directe de l’info à tous les salariés pour qu’ils se fassent une libre opinion sans se faire manipuler,
Un fonctionnement transparent : prise de décisions, refus de négociation secrète, faire ce qu’on dit et dire ce qu’on fait publiquement,
Un financement transparent assurant l’affirmation de l’Indépendance.

Le Pluralisme

Assurer la liberté d’opinion, d’expression, d’action,
Garantir le respect des personnes,
Prendre en compte les minorités, y compris au sein de l’organisation syndicale, en garantissant leur droit à l’expression.

L’Ouverture

Etre à l’écoute des salariés,
Echanger, dialoguer, prendre en compte les opinions,
Permettre et encourager l’expression des salariés,
Refuser le sectarisme et malgré les avis différents savoir dialoguer avec les autres organisations syndicales,
Etre à l’écoute des thèmes sociaux extérieurs à l’entreprise qui ont un retentissement sur la situation des salariés.

L’Egalité

Des droits pour toutes et pour tous , le refus de toute discrimination est aussi une de nos valeurs essentielles.

A vous de choisir !

  • L’adhésion à SUPPer entraîne le paiement d’une cotisation de 50€ par an, dont presque 30€ sont déductibles totalement du paiement de l’impôt.
  • Cette somme modique permet à SUPPer de vivre, fonctionner tant au niveau local qu’au niveau national.
  • Le fichier des adhérents n’est pas public. C’est à l’adhérent de décider ou non de rendre publique son appartenance à son entourage.
  • Adhérer à SUPPer, c’est aussi s’exprimer pour la représentativité de notre organisation syndicale à tous les niveaux de l’entreprise.
  • C’est votre adhésion qui garantit que SUPPer sera présent dans toutes les instances du groupe. Ainsi vous aurez la certitude que tout ce qui se dira, se passera dans ces réunions sera connu de tous les salariés !

SUPPer

Création du SYNDICAT SUPPer (Syndicat Unitaire et Pluraliste du Personnel de THALES)

1)° Genése
En janvier 1993, le syndicat est créé suite à une scission de la CFDT. Il devient majoritaire. Suite au déménagement de Malakoff à Elancourt et la fusion avec Dassault Electronique, SUPPer est toujours majoritaire dans toutes les catégories : ouvrier, technicien, administratif et ingénieurs/cadres. Il assure la gestion du CE de 1994 à 2018.
Le champ syndical est le Groupe THALES et la communauté de travail de chaque établissement.
En 1998, SUPPer participe à la création de Solidaires. Il en est devenu une fédération autonome en limitant son intervention et expression syndical au périmètre de THALES.
L’audio, ci-dessus, avec l’interview des fondateurs syndicaux retracent les premiers pas de SUPPere et la raison de sa création.
Les militants et adhérents de SUPPer viennent en partie de la CFDT, de FO, de la CGT et de la CGC.
Mais 95% de ces adhérents n’ont pas connu auparavant de passé syndical.
En fonction de crises des équipes syndicales, de volontés de créer de nouvelles structures de salariés jusqu’ici non syndiqués, SUPPer s’est développé dans un certain nombre d‘établissements du Groupe THALES.
2°) L’obstacle au développement

2.1 La représentativité syndicale et sa législation jusqu’en 2008
La représentativité des syndicats est ensuite définie par la loi en 1950. Elle est alors déterminée d'après les critères suivants :

  •  les effectifs ;
  • l'indépendance ;
  • les cotisations ;
  •  l'expérience et l'ancienneté du syndicat ;
  • l’attitude patriotique pendant l'Occupation critère tombé en désuétude)

Ces critères seront inscrits dans le code du travail jusqu'en 2008.
Les syndicats CGT, CFDT, CGC, FO, CFTC ont jusqu’en 2008 une représentativité dite irréfragable ( qu’on ne peut contredire, qu’on ne peut récuser)
Avant 2008, tous les autres syndicats non confédérés, dont SUPPer peuvent se voir refuser la représentativité devant les tribunaux (tribunaux d‘instance) saisis par les directions d’entreprise ou syndicats confédérés en place.
SUPPer a gagné la majeur de ces procès en imposant sa représentativité par jugement des Tribunaux d’Instance :

  • à Massy Microélectrique (site disparu de suite)
  • à Pessac (regroupé à Mérignac)
  • à Vélizy (transféré à Meudon puis Mérignac depuis)
  • à Guyancourt (ex TOSA) devenu LAS Elancourt
  • à Bagneux devenu LAS Rungis
  • à Fleury,
  • à Moirans
  • à Limours
  • sur l’ensemble de ce qui constitue TR6 (LAS aujourdhui)
    • A partir de la loi du 20 aout 2008

Les critères de représentativité pour créer une section syndicale (au moins 2 adhérents) changent :

  • Respect des valeurs républicaines
  • Indépendance
  • Transparence financière
  • Ancienneté depuis au moins 2 ans
  • Une audience suffisante (plus de 10% des suffrages exprimés sur les collèges Titulaires de CE au premier tour)
  • Des effectifs d’adhérents et cotisation suffisantes

La représentativité s’apprécie, pour l’essentiel, par l’audience au niveau des élections professionnelles que ce soit au niveau de l’établissement que de l’entreprise.

  • Etat de la représentativité au niveau de THALES

 

Au niveau Groupe THALES, SUPPer atteint 5%.  
Le Groupe comprend 38000 salariés et SUPPer ne se présente aux élections que pour un périmètre de 15000 salariés.
5%, c’est en deçà du seuil des 10% permettant de participer aux réunions groupe de négociation.
C’est la création de nouvelles sections qui sera le gage  d’un développement de SUPPer.

Vous trouverez dans la liste des sections ci-dessous, les établissement où SUPPer intervient.

Pour l’essentiel, SUPPer est représentatif sur toute la Division DMS, la Division LAS. Des sections syndicales existent dans la Division AVS à Valence, à Toulouse.
SUPPer est présent au Comité Groupe France. En effet, la législation impose que toutes les organisations syndicales ayant eu au moins un élu dans les entreprises de THALES.

Création du SYNDICAT SUPPer (Syndicat Unitaire et Pluraliste du Personnel de THALES)

1)° Genése
En janvier 1993, le syndicat est créé suite à une scission de la CFDT. Il devient majoritaire. Suite au déménagement de Malakoff à Elancourt et la fusion avec Dassault Electronique, SUPPer est toujours majoritaire dans toutes les catégories : ouvrier, technicien, administratif et ingénieurs/cadres. Il assure la gestion du CE de 1994 à 2018.
Le champ syndical est le Groupe THALES et la communauté de travail de chaque établissement.
En 1998, SUPPer participe à la création de Solidaires. Il en est devenu une fédération autonome en limitant son intervention et expression syndical au périmètre de THALES.
L’audio, ci-dessus, avec l’interview des fondateurs syndicaux retracent les premiers pas de SUPPere et la raison de sa création.
Les militants et adhérents de SUPPer viennent en partie de la CFDT, de FO, de la CGT et de la CGC.
Mais 95% de ces adhérents n’ont pas connu auparavant de passé syndical.
En fonction de crises des équipes syndicales, de volontés de créer de nouvelles structures de salariés jusqu’ici non syndiqués, SUPPer s’est développé dans un certain nombre d‘établissements du Groupe THALES.

2°) L’obstacle au développement

2.1 La représentativité syndicale et sa législation jusqu’en 2008
La représentativité des syndicats est ensuite définie par la loi en 1950. Elle est alors déterminée d'après les critères suivants :

  •  les effectifs ;
  • l'indépendance ;
  • les cotisations ;
  •  l'expérience et l'ancienneté du syndicat ;
  • l’attitude patriotique pendant l'Occupation critère tombé en désuétude)

Ces critères seront inscrits dans le code du travail jusqu'en 2008.
Les syndicats CGT, CFDT, CGC, FO, CFTC ont jusqu’en 2008 une représentativité dite irréfragable ( qu’on ne peut contredire, qu’on ne peut récuser)
Avant 2008, tous les autres syndicats non confédérés, dont SUPPer peuvent se voir refuser la représentativité devant les tribunaux (tribunaux d‘instance) saisis par les directions d’entreprise ou syndicats confédérés en place.
SUPPer a gagné la majeur de ces procès en imposant sa représentativité par jugement des Tribunaux d’Instance :

  • à Massy Microélectrique (site disparu de suite)
  • à Pessac (regroupé à Mérignac)
  • à Vélizy (transféré à Meudon puis Mérignac depuis)
  • à Guyancourt (ex TOSA) devenu LAS Elancourt
  • à Bagneux devenu LAS Rungis
  • à Fleury,
  • à Moirans
  • à Limours
  • sur l’ensemble de ce qui constitue TR6 (LAS aujourdhui)
    • A partir de la loi du 20 aout 2008

Les critères de représentativité pour créer une section syndicale (au moins 2 adhérents) changent :

  • Respect des valeurs républicaines
  • Indépendance
  • Transparence financière
  • Ancienneté depuis au moins 2 ans
  • Une audience suffisante (plus de 10% des suffrages exprimés sur les collèges Titulaires de CE au premier tour)
  • Des effectifs d’adhérents et cotisation suffisantes

La représentativité s’apprécie, pour l’essentiel, par l’audience au niveau des élections professionnelles que ce soit au niveau de l’établissement que de l’entreprise.

  • Etat de la représentativité au niveau de THALES

 

Au niveau Groupe THALES, SUPPer atteint 5%.  
Le Groupe comprend 38000 salariés et SUPPer ne se présente aux élections que pour un périmètre de 15000 salariés.
5%, c’est en deçà du seuil des 10% permettant de participer aux réunions groupe de négociation.
C’est la création de nouvelles sections qui sera le gage  d’un développement de SUPPer.

Vous trouverez dans la liste des sections ci-dessous, les établissement où SUPPer intervient.

Pour l’essentiel, SUPPer est représentatif sur toute la Division DMS, la Division LAS. Des sections syndicales existent dans la Division AVS à Valence, à Toulouse.
SUPPer est présent au Comité Groupe France. En effet, la législation impose que toutes les organisations syndicales ayant eu au moins un élu dans les entreprises de THALES.