Bannière
LETTRE OUVERTE AU DRH DU GROUPE THALES PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 14 Janvier 2011 17:06

 

Monsieur le Directeur,

 Vous avez ouvert des négociations au niveau du Groupe sur une lettre de cadrage de la politique salariale. Une deuxième réunion se tient le vendredi 14 janvier à 9 heures. Une délégation de SUPPer, bien que non invitée, tient à être présente à l’ouverture de la négociation pour vous adresser cette lettre et faire part de nos revendications.

 En préambule, SUPPer tient à préciser  : l’emploi ou salaire est une fausse alternative.

 Si la variable d’ajustement pour accroître les résultats financiers est bien la masse salariale, la réduction de la masse salariale se fait en jouant sur les deux critères : diminution des effectifs et modération de la politique salariale.

 Dans un groupe, où les non cadres et donc le plus souvent les bas salaires représentent plus de 40% des effectifs, la modération salariale signifie encore plus de restriction du pouvoir d’achat, de décrochage vis à vis du taux d’inflation réel, de difficultés à vivre. Cette restriction touche aussi la plupart des cadres.

 Voici donc les revendications de la Coordination Nationale SUPPer du Groupe.

 Depuis des années, les directions de Thales ont conduit une politique d’individualisation des salaires à l’extrême : suppression des grilles, limitation des Augmentations Générales, part variable qui réduit de plus en plus la part fixe des revenus…

 Cette politique a privilégié les individualités au détriment des équipes. Il faut y mettre un terme.

 Il faut donc une politique salariale et sociale de rupture.

 -         Augmentation générale uniforme égale pour tous de 150€ minimum permettant d’assurer l’évolution des salaires de toutes les catégories et de donner un coup de pouce aux salaires les plus bas.

-         Augmentation individuelle assurant l’évolution et la promotion de toutes les catégories et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la reconnaissance des seniors et la prise en compte des salariés handicapés.

-         Evolution concrète des salaires de base en réintégrant progressivement la part des BSO et autres parts variables ou primes devenues trop importante dans le revenu.

-         Remise à plat des EAA. Ces entretiens ne doivent pas être une communication de la direction vers le salarié mais un moment de dialogue. D’autant que ces entretiens ne sont le plus souvent qu’un paravent pour justifier la ventilation des augmentations. La dernière mouture de people first, en s’appuyant sur des paramètres d’ordre comportemental, s’éloigne encore davantage de la notion d’entretien individuel.

Recevez, Monsieur le Directeur, nos salutations distinguées.

Coordination nationale SUPPer le 14 janvier 2011


 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUPPer adresse copie de la lettre ouverte à la DRH de THALES sur la politique salariale 2011 à l’ensemble des organisations syndicales (CFDT, CGC, CGT, CFTC, FO)

Chers collègues,

La politique salariale est cadrée au niveau du Groupe et se décline avec plus ou moins d’aménagements au niveau des filiales, c’est donc bien au niveau nationale Thales que doit se poser notre mobilisation.

Toute discussion ou négociation doit, dès le départ, se faire avec la mobilisation des salariés.

SUPPer pense que la négociation d’une lettre de cadrage sans mobilisation s’avère être un piège. La direction générale impose en effet que ce cadre auto limite les revendications dans les filiales.

SUPPer demande que se constitue le plus rapidement possible une intersyndicale (sans exclusive) pour débattre de la plate-forme revendicative, des actions à mettre en œuvre et pour organiser des assemblées générales dans tous les établissements permettant ainsi d’associer et de consulter le personnel.

C’est donc maintenant qu’il faut mobiliser.

Recevez, chers collègues, nos salutations syndicales.

Coordination Nationale SUPPer