Bannière
Création des 3 GBU et NAO groupe Thales
Vendredi, 26 Janvier 2018 17:21

 

Questionnaire QVT de SUPPer

A l'instar de TR6 ( LAS ) SUPPer lance un questionnaire sur la qualité de vie au travail, vous le trouverez ici .

 

CREATION DES 3 GBU ET ACCORDS

La création des ces 3 GBU, au 1er janvier 2018,avec le regroupement de société va impliquer :

- soit la renégociation des accords existants au sein de chaque entité

- soit potentiellement conservation de ces accords sur des groupes fermés

Les accords de transition précisent que les accords applicables à chaque socité sont maintenus pendant 16 mois soit jusqu'en mai 2019

Négociation au niveau du groupe : mobilité interne; conditions de déplacement; dispositions relatives au temps de travail; droit syndical et moyens des intercentres

Négociations au niveau des GBU : égalité H/F; télétravail; organisation du travail atypique; composition des CCE; budgets des ASC

GBU LAS

Mai 2018 : Harmonisation des statuts " Négociation égalité professionnelle " ; " accord à la signature " Télétravail "

 

GBU DMS ( TSA, TUS et TMI )

Les diverses négociations d'accords se dérouleront sur tout 2018 avec des premières dates en mars, elles porteront sur :

La durée du travail ( dans le cadre fixé par le groupe ); L'organisation spécifique du travail dont télétravail; L'égalité H/F; La structure de rémunération; Les détachements, Les subventions CE; Les dispositions sociales; L'égalité professionnelle; La composition CCE / CSE

" Liste des différents accords applicables aux 3 sociétés "

2018 " projet accord relatif aux statuts collectifsapplicables, à titre transitoire, au sein des nouveaux établissements "

2016 " accord d'harmonisation des statuts suite à la fusion des socitétés TPS et TUS " ;

2000 " accord temps de travail Sorep Erulec ( TMI ) "

GBU AVS

 

NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2018 pour les 3 GBU

Communiqué de presse mars 2018 ( SUPPer, CGT, CFTC et CGC )

Dans un contexte de remise en cause par la direction des acquis sociaux suite à la création de la toute nouvelle société THALES DMS France (5000 personnes), le personnel des 7 établissements s’insurge et se mobilise contre la politique salariale présentée dans le cadre des NAO 2018.
Quand les salariés voient le Groupe THALES afficher 982 M€ de résultats pour 80 M€ distribués en 2016, constatent que Dassault Aviation , 5 fois plus petit, distribue 99 M€ à ses salariés et 130M€ de dividendes ou encore Safran qui distribue plus de 430 M€ à un nombre de salariés équivalent, on comprend mieux la colère des salariés de THALES et l’importance pour ces mêmes salariés des augmentations salariales, en baisse pour la troisième année consécutive malgré des résultats toujours en hausse et des cadres dirigeants seuls bénéficiaires d’actions gratuites. Cherchez l’erreur !
Les salariés sont écoeurés par la différence entre les très bons résultats de Thales, les cadeaux exceptionnels faits aux cadres dirigeants et la très faible contrepartie attribuée aux salariés. Comble de l’ironie, on leur demande de participer aux actions de productivité, sans participer aux gains, tout en assurant l’objectif 2018 par une frugalité salariale ! L’ambiance est morose et la colère gronde, même chez les cadres les plus dévoués. Les pétitions, sondages, les débrayages et informations syndicales s’enchainent sur tous les sites face à une direction « droite dans ses bottes » et intransigeante. Cette dernière vient refuser de revoir à la hausse les 1% d’augmentation affichés, hors inflation !
THALES a lancé 3 grandes fusions d’entreprises (DMS, LAS, AVS), pour renégocier tous les acquis sociaux à la baisse et affaiblir la puissance syndicale, dans l’esprit des lois Macron. THALES, dans la droite ligne des réformes à venir, a anticipé ses restructurations en enchainant les projets à grande vitesse, comme le fait le gouvernement, histoire de prendre de vitesse syndicats et salariés.
Pour illustrer la méthode, en amont des 3 fusions permettant de renégocier l’ensemble des accords, l’entreprise s’est achetée une image sociale unifiée à bas coût, financée principalement par la « solidarité forcée » de ses salariés. Ainsi, elle a généralisé l’intéressement en mutualisant les profits écrêtés à 6% de ses filiales pour une redistribution modique uniforme. Autre exemple avec la création d’un compte épargne temps permettant aux salariés de travailler plus, sans oublier les augmentations contre l’abandon de jours de RTT.
THALES est élu premier « employeur préféré » des étudiants, dans le TOP 10 des employeurs plébiscités, … Grâce à une politique sociale CANADA DRY, financée low-cost, remplie de FAKE word’s et de Buzz. Clairement, l’entreprise joue les « GAFA attitudes », inondant l’intranet d’initiatives à destination des jeunes (club jeunes YES, Réveille ta boite, Chez qui tu bosses ?, Arduino, Boost Camp, Mentoring, « Elles bougent » avec Thalescarreers sur Instagram, Thales Pitch Day, Hackathon … ) et des messages (engagements envers le personnel, mobilité, diversité, formation …) tout aussi clivants pour les plus de quarante ans qui découvrent l’univers des voies de garage et des FAKE jobs.
On ne peut pas plaire aux marchés à tout prix au détriment de ses salariés. Cette entreprise a pourtant tout pour plaire et bien faire, des contrats intéressants, des techniques de pointe … Serge Tchuruk voulait une entreprise sans usines, Patrice Caine veut une entreprise sans quadra, low cost, low wages, high revenues … Le groupe THALES « Canada dry » a-t-il de beaux jours devant lui ? Oui si vous pensez que la communication est plus rentable que l’investissement commercial, que l’image éclipse la réalité et la technomagie les compétences et le savoir-faire de l’ultime variable d’ajustement, le salarié !

19 février 2018 " Palmarès des négociations "

GBU LAS

25/01/2018 "Intersyndicale; Mesures salariales inacceptables" ;29/01 " Premières propositions / Provocations de la direction "; 30/01 " nouvelles propositions de la direction " ;02/02 "Appel de l'intersyndicale "; " pétition "

Propositions direction du 08/02/2018 cadre : AI  2,3 %; mensuels: 36€ mini d'augmentation, AI 1.3% + AG 1% abondement 13 ème mois 250€ versé en mai ; budget spécifique égalité H/F 0.1% mensuel et cadre; jeunes < 35 ans +0.2%

GBU DMS

Propositions direction du 30/01/2018 cadre : AI  2,2 %; mensuels: 32€ mini d'augmentation; Plancher treizième mois  2300€ brut, AI 1.2% + AG 1% ; budget spécifique égalité H/F 0.1% mensuel et cadre

06/02/2018 Tract intersyndical "Thales ne connait pas la crise mais oublie ses salariés "

Propositions direction du 13/02/2018 cadre : AI  2,2 % + 0,2% pour accompagner les promotions / mobilités;

mensuels: 35€ mini d'augmentation; AI 1.1% +0.2%pour accompagnerles promotions / mobilités + AG 1,1% ;

Plancher 13ème mois
Niv I à IV : 2300 €
Niv V : 2500 € (non applicable niv V ex TUS – selon l’accord collectif de raccordement TUS-TSP du 31 mars 2016)
• Mise en place d’une mesure collective payée en 2018
Proposition d’étendre aux salariés mensuels des périmètres ex TSA et ex TUS, la mesure salariale prévue pour les salariés mensuels ex TMI, en la portant à 360 €.

budget spécifique égalité H/F 0.1% mensuel et cadre

15/02/2018 " Tract de l'intersyndicale / Je bosse chez des radins "

27/02/2018 " Tract intersyndical / Les salariés ne sont pas dupes "

19/03/2018 : " La bataille des NAO n'est pas finie " ; " Communiqué de presse " ; " Soyez prêts "

 

GBU AVS

02/02/2018 " Pétition " ; " 05/02/2018 " NAO 2018, Thales Poires? "